Le Top 10 des sketchs de Paul Mirabel : ses vannes les plus drôles

Le Top 10 des sketchs de Paul Mirabel : ses vannes les plus drôles

Paul Mirabel est de plus en plus présent sur les scènes de spectacle en France et ailleurs. Il est sans conteste l'une des valeurs montantes de l'humour dans le domaine de Gad Elmaleh sur les pas de qui il marche depuis plusieurs années. Comme Gad, grâce à qui il est arrivé à l'humour, Paul Mirabel est auteur des textes parmi les plus renversants. Pour vous, nous avons fait notre Top 10 de ses sketchs qui vous feront sauter des dents.

Le Top 10 des sketchs de Paul Mirabel : ses vannes les plus drôles
Paul Mirabel à Montreux, pour son premier gala dans cette ville, diffusé sur Canal +. Photo : @Paul Mirabel/ Facebook
Source: Facebook

« Il est de la trempe des grands humoristes comme Gad El Maleh et Raymond Devos que j'ai vus sur scène... J'aimerais bien le voir moi aussi en région toulousaine ». Ces mots sont ceux d'un fan de Paul Mirabel, connaisseur de la scène française, qui donnerait tout pour assister à un spectacle du Montpelliérain, l'un des humoristes les plus en vue du moment.

Les sketchs de Michel Mirabel sont vite devenus cultes, à tel point que certains les recitent par cœur. Pourtant, on ne s'en lasse pas. Quels sont les sketchs les plus drôles de Paul Mirabel ? Quelles sont les blagues de Paul Mirabel qu'on n'oubliera pas bientôt ? Nous en avons fait un caléidoscope.

1. Je me suis fait racketter

Avec plus 24 millions de vues sur YouTube, la vidéo de Paul Mirabel interprétant son sketch Je me suis fait racketter enregistré au Festival du rire de Montreux est, sans doute, celle qui a reçu le meilleur accueil du public. Certains s'accordent d'ailleurs à reconnaitre que c'est le sketch qui l'a révélé au grand public et a propulsé sa carrière sur le toit de la France.

« Salam les khoya ». Ces trois mots ont suffi pour susciter le fou rire dans la salle au début du spectacle. L'artiste y parle de lui avec beaucoup de dérision. Un rendez-vous coquin raté, son téléphone arraché, ses difficultés à ouvrir un pot de protéine, sa déception face à deux photos de lui, avant et après ses séances de musculation, l'artiste agence à la perfection ces histoires qui soulignent son physique particulièrement frêle et réussit à en fait un objet comique.

2. Le coronavirus

Fidèle à son autodérision, Paul Mirabel se met en vedette dans cet autre sketch mis en ligne il y a deux ans. « Je crois que ma tête, c'est un geste barrière », y lance-t-il. Joué au Paname Comedy Club, le sketch a été repris de nombreuses fois et à tous les coups, c'est le fou rire assuré. L'humoriste y parle de son isolement pendent le Covid, de ses heures occupées à jouer au football, à ses tests, etc

3. Ma pire anecdote de date

Si toutes les anecdotes de Paul Mirabel se terminent mal, il y en a une qui l'a marqué au fer rouge. Il l'appelle « ma pire anecdote de date ». C'est l'histoire d'un rendez-vous galant qui ne se termine pas sur la note du film que le garçon s'était fait, tout simplement parce que la fille n'avait pas lu le même scénario. L'humoriste ne déroge pas à la règle de son autodérision dans ce one-man-show. « J'ai pris beaucoup de vents avant dans ma vie, a tel point que j'ai la sensation d'être une éolienne », raconte-t-il. Et l'effet est le même, la salle éclate en chœur.

Ceux qui ont regardé ce sketch se souviennent de la vanne qui mentionne Christiano Ronaldo. « Je rentre dans le restaurant, je tourne la tête à droite, et à une table il y a le footballeur Cristiano Ronaldo... Et donc, moi, je dois gérer une fille à coté de moi et Cristiano Ronaldo... et moi je suis perturbé tu vois, parce qu'il y a une raison valable : il a 5 ballons d'or, la meuf, elle, en a 0... »

4. Je reviens de Dubaï

C'est l'un des rares textes dans lesquels Paul Mirabel ne se tourne pas en dérision, du moins, pas beaucoup. Dans ce sketch, il célèbre Dubaï et se moque de la France où l'on paye 9 euros pour avoir un verre d'eau, où les hôtesses ne parlent pas gentiment aux passagers des avions, et où le vol est presqu'une norme. Il oppose cette France à Dubaï où il y a beaucoup trop d'argent selon ses dires. « Tu sais, en France quand tu vas au restaurant, tu peux acheter à manger. alors qu'a Dubaï quand tu vas au restaurant, tu peux voir des gens acheter le restaurant », lâche-t-il dans le sketch.

Dans cet électrochoc sur la France, la Cote d'Ivoire reçoit des ondes violentes. « C'est un pays magnifique et exceptionnel qu'il ne faut surtout pas réduire au paludisme puisqu'évidemment la bas aussi la fièvre jaune sévit trop fort », balance-t-il au sujet de ce pays d'Afrique de l'ouest.

5. Tenir ses promesse

C'est une série de blagues sur les résolutions que l'on prend au début d'une année et que l'on reconduit au début de l'année suivante. Lu sur les antennes de France Inter au soir de l'année 2022, le texte est ramassis de promesses que l'humoriste dit avoir faites, mais qu'il s'apprête à reconduire parce qu'il n'en a réalisé aucune, manger beaucoup plus entre autres. Il parle également des promesses qu'il ne fera plus jamais, parce qu'il sait qu'il ne le tiendra pas, comme tenir les promesses des années antérieures et faire de la course à pied.

6. La demi-finale France-Maroc

Dans l'une des éditions de La drôle d'humeur de Paul Mirabel de décembre sur France Inter, l'humoriste a fait son décryptage de la demi-finale de la 22e coupe du monde de football, avant même que le match se soit joué. Il y a par exemple souligné l'un des avantages de la binationalité. « J'ai un ami qui est Franco-marocain. C'est dire que demain, lui, il ne peut que gagner. La seule question qu'il se pose là c'est " quel slip je mets pour courir ?" », a-t-il précisé.

7. J'ai fait la dernière mise à jour Apple

« J'ai fait la dernière mise à jour Apple » est l'un des rares sketchs de dénonciation de Paul Mirabel. Il l'a lu dans La drôle d'humeur de Paul Mirabel sur France Inter. L'artiste s'y moque du caractère onéreux des téléphones Appel et de ses accessoires. Il compare par exemple la dernière sortie du téléphone à la pomme à un scooter. « A partir de maintenant je vais me déplacer dans Paris avec mon IPhone. En plus c'est électrique donc le stationnement sera gratuit. Après on est à Paris, donc il y aura toujours des gens pour me faire des réflexions du style " avance avec ton IPhone 14" », s'en moque-t-il.

8. J’ai raconté mes vacances

C'est un autre sketch dans lequel Paul Mirabel compare les habitudes de la France à ceux d'un autre pays, pour s'en moquer. Il y parle précisément du Canada, où les choses semblent mieux organisées qu'en France, selon lui.

« Les gens sont très très gentils au Canada. C'est ce qui m'a le plus dépaysé par rapport à la bande originale, puisque là bas, quand tu parles on t'écoute. Il parait que c'est arrivé une fois ici en 2003. Mais je n'étais pas là pour le constater... Ils sont tellement gentils là bas qu'il y a même un décompte au feu rouge pour te dire combien de temps il te reste pour traverser la route, alors que ça, chez nous en France, ça relève du domaine de la surprise. Peut-être que tu vas arriver peut-être pas. Ca dépend de la relation que le chauffeur a avec sa femme », laisse-t-il entendre.

9. Je suis une princesse

Devenir une princesse, c'est un rêve qui est né en Paul Mirabel lorsqu'il a vu le palais du prince de Monaco. Vous l'avez peut-être imaginé, c'est encore un sketch qui fait l'éloge d'un Etat autre que la France. L'humoriste y décrit une principauté où des gens ont 14 voitures, où les chambres dans les hôtels sont des "salles-deux-bains" donc avec deux bains, où des gens distribuent de l'argent parce qu'ils n'ont pas payé assez d'impôts et où des chiens portent des pulls Channel. Il parle aussi d'une principauté où le payement d'un croissant peut s'étaler sur 25 ans, tellement ce n'est pas à la portée de tous.

10. Manifeste écologique

Le manifeste écologique est un autre billet que Paul Mirabel a lu dans sa drôle d'humeur sur France Inter. Il s'y attaque implicitement à la décision d'organiser les jeux asiatiques d'hiver en Arabie Saoudite en 2029. Il souligne avant tout le paradoxe d'organiser des jeux d'hiver dans un pays extrêmement chaud, avant de préciser les conséquences d'une telle décision sur le plan écologique et sur le plan économique, mais toujours avec beaucoup d'humour.

Source: Legit.ng