Bruno Latour: anthropologue, sociologue, philosophe, qui est-il?

Bruno Latour: anthropologue, sociologue, philosophe, qui est-il?

Il n'est pas un seul fait de société qu'il n'aie pas passé au crible. La preuve, le dernier livre de Bruno Latour porte sur la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus et qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Dans Après le confinement: une métamorphose, "Bruno Latour donne une boussole à cette nécessaire réorientation de nos vies, esquissant la métaphysique du confinement et du déconfinement avec laquelle nous serons tous obligés de composer par les temps étranges que nous vivons", comme on peut le lire sur le site Internet de l'anthropologue. Sociologue français, anthropologue et philosophe des sciences, Bruno Latour a tour à tour été assistant de Jean-Jacques Salomon au Conservatoire national des Arts et métiers. enseignant à l'École des mines de Paris, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, avant de devenir directeur scientifique et directeur adjoint de Sciences-Po. Il a acquis une solide réputation dans le domaine de la sociologie des sciences comme dans ses autres domaines de prédilection en publiant de nombreux ouvrages. Nous vous proposons une "anthropologie" de cet anthropologue chevronné dans cet article.

Read also

Qu’est-ce que la science-fiction et comment découvrir ce genre?

Bruno Latour: anthropologue, sociologue, philosophe, qui est-il ?
Bruno Latour lors d'une séance photo à Paris, le 3 février 2021. Photo: @Joel Saget
Source: Getty Images

Né le 22 juin 1947 à Beaune, Bruno Latour est considéré comme une référence dans le domaine de la sociologie des sciences. Il mène ainsi des réflexions sur les institutions scientifiques et sur les travaux des chercheurs entre autres. Il a par ailleurs apporté des innovations dans ce sillage, notamment en participant à la création du Médialab en 2009 et en initiant le programme d'expérimentation en arts et politique (SPEAP) en 2010. Il s'est aussi lancé dans la protection de l'environnement.

Présentation sommaire de Bruno Latour

  • Nom de naissance: Bruno Latour
  • Genre: homme
  • Date de naissance: 22 juin 1947
  • Âge: 74 ans
  • Signe du zodiaque: Cancer
  • Lieu de naissance: Beaune, Côte-d'Or, Bourgogne-Franche-Comté, France
  • Résidence actuelle: Paris
  • Nationalité: française
  • Ethnicité: blanc
  • Religion: Catholicisme
  • Sexualité: hétérosexuel
  • État matrimonial: marié
  • Enfants: 02
  • Formation: Université de Tours (Philosophiæ doctor) (1972-1975), École des hautes études en sciences sociales (habilitation universitaire) (jusqu'en 1987)
  • Activités: Anthropologue, sociologue, professeur d'université, écrivain, philosophe
  • Twitter: BrunoLatour

Read also

Paul Mirabel: 4 choses étonnantes à découvrir sur l’humoriste

Parcours d'un érudit

"Comment Bruno Latour est devenu le penseur qui inspire la planète" C'est ainsi que Rémi Noyon, Xavier de La Porte et Eric Aeschimann ont intitulé leur portrait consacré à Bruno Latour et publié sur le site Internet de L'Obs, le 13 janvier 2021. Ce titre est assez révélateur du caractère exceptionnel de Bruno Latour dont le parcours n'est pas ordinaire et dont le CV est long comme la Manche.

Bruno Latour est né en 1947 à Beaune, en Côte d'Or. En 1971, il a décroché haut la main un CAPES de philosophie, avec la mention "très bien" obtenue à l'issue des épreuves pratiques.

En 1972, Bruno Latour a été reçu premier à l'agrégation de philosophie. Trois années plus tard, le philosophe a empoché son doctorat de troisième cycle (PhD ), après avoir présenté brillamment une thèse dont le thème était "Exégèse et Ontologie", à l'Université de Tours. Après son agrégation de philosophie, il a passé un long séjour en Côte d'Ivoire où il s'est formé en anthropologie.

Read also

Comment réussir le houmous: la meilleure recette pour les gourmets

En 1987, Bruno Latour a obtenu son habilitation à la direction des recherches à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Ensuite, il a enseigné dans des écoles d'ingénieur, le CNAM d'abord, puis l'Ecole des Mines, pendant de nombreuses années.

C'est en 1982 qu'il a rejoint le Centre de sociologie de l'innovation de l'Ecole des Mines. En 2006, il est devenu professeur à Sciences Po Paris. Il y a dirigé la recherche de 2007 à 2012. En 2017, il a mis fin à sa collaboration avec Sciences Po Paris. Mais l'érudit n'a jamais arrêté de transmettre ce qu'il a appris. Il a enseigné dans de nombreuses universités hors de la France, notamment au département d’anthropologie de l’Université de Chicago en 2006, à la London School of Economics à temps partiel entre 2013 et 2015, à la Cornell University de 2015 à 2020, et à la HfG in Karlsruhe, Germany de 2018 à 2020.

Read also

Qui est l'acteur et réalisateur français Olivier Marchal?

Bruno Latour a depuis pris sa retraite des programmes qu'il a créés à Sciences Po. Le médialab est maintenant dirigé par Dominique Cardon tandis que l'école des arts politiques (SPEAP) est placée sous l'autorité de Frédérique Ait-Touati qui en assure la direction.

Une source intarissable de savoir

Il est difficile de cataloguer Bruno Latour, tellement il a embrassé de nombreux domaines épistémologiques.

Après son doctorat, il a orienté ses recherches vers le travail des scientifiques dans leur laboratoire. À l'été 1976, il a fait la rencontre de Steve Woolgar de façon fortuite pendant une conférence à Berkeley. Avec ce dernier, il a publié l'ouvrage intitulé Laboratory Life: the Social Construction of Scientific Facts. Sorti en 1979, le livre a été traduit en français en 1988 sous le titre La Vie de laboratoire.

Dans cet ouvrage, les deux auteurs ont entrepris une étude ethnologique d'un laboratoire de recherche spécialisé en neuroendocrinologie au Salk Institute de San Diego. Ils essaient d'y démontrer que la description de la méthode scientifique selon laquelle la réussite ou l'échec d'une théorie dépendent du résultat d'une seule expérience n'est aucunement tributaire de la pratique réelle des laboratoires.

Read also

Le Top des meilleurs films d'animation: la liste des incontournables

Latour et Woolgar ont ainsi postulé que les objets d'étude scientifiques sont "socialement construits" dans les laboratoires, et qu'ils n'ont pas d'existence indépendamment des instruments de mesure et des spécialistes qui les interprètent. Plus largement, ils considèrent l'activité scientifique comme un système de croyances, de traditions orales et de pratiques culturelles spécifiques.

Bruno Latour a poursuivi ses recherches entreprises dans La Vie de laboratoire en publiant Les Microbes: Guerre et paix en 1984. Dans cet autre livre, il raconte la vie et la carrière de Louis Pasteur et sa découverte des micro-organismes, sous la forme d'une biographie politique.

L'angle politique qu'il a choisi pour ce livre lui a permis de mettre en exergue les forces sociales qui sont intervenues dans la carrière de Pasteur et la façon dont la société a accepté ses théories. Il s'est attaché à expliquer l'accueil plus ou moins favorable du travail de Pasteur selon les milieux sur la base de raisons d'ordre idéologique.

Read also

Comment faire du slime à la maison: nos chouettes recettes

De cette façon, Latour a cherché à battre en brèche l'idée selon laquelle l'acceptation ou le rejet des théories scientifiques est généralement de l'ordre de l'expérience, de la preuve ou de la raison. Cette position lui a souvent valu d'être taxé de relativiste.

Bruno Latour: anthropologue, sociologue, philosophe, qui est-il ?
Bruno Latour à un débat avec le professeur Steve Fuller à la deuxième International and Conférence de discours à l'Université de Hong Kong. Photo: @de Steve Cray
Source: Getty Images

Dans un autre livre, Aramis ou l'Amour des techniques Bruno Latour a donné des axes de réflexion sur l'histoire du projet raté de métro Aramis en 1992.

Plus tard, il a appliqué sa méthode dans le sillage du droit en rendant compte des travaux du Conseil d'État dans La Fabrique du droit paru en 2002. Il a mis ce livre en perspective avec ses précédentes études sur les modes concrets de production des théories scientifiques.

En 2010, Bruno Latour a participé à la fondation du projet théâtral Gaia Global Circus. Il y a notamment créé la pièce Cosmocolosse, en collaboration avec Frédérique Aït-Touati et Chloé Latour. Celles-ci ont mis la pièce Gaia Global Circus écrite par Pierre Daubigny et basée sur les travaux du projet du même nom en 2013.

Read also

Vincent Cerutti: biographie, la radio, son couple avec Hapsatou Sy

Selon Latour, la Terre n'a pas seulement un mouvement, mais elle a aussi un comportement qui lui est propre, et auquel pourraient réagir les humains. Cette hypothèse dite Gaïa a également suscité l'intérêt de théoriciens comme Philippe Descola. Sur ce thème, et plus généralement sur l'écosophie, Bruno Latour a également travaillé avec Emanuele Coccia et ses recherches philosophiques sur la nature du vivant, Vinciane Despret pour la pratique d'une philosophie de terrain, ou Émilie Hache et l'écoféminisme, facilitant les travaux en commun de ces personnes.

Ces productions ne représentent qu'une infime partie de la bibliographie de Bruno Latour.

Bibliographie de Bruno Latour

Livres

  • Bruno Latour et Woolgar, Laboratory Life: The Social Construction of Scientific Facts, Beverly Hills, Sage Publications, 1979
  • Les Microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Métailié, "Pandore", 1984.
  • Pasteur. Bataille contre les microbes, Paris, Nathan, "Poche-Nathan. Monde en poche", 1985.
  • La Science en action, traduit de l'anglais par Michel Biezunski, Paris, La Découverte.
  • La science telle qu'elle se fait. Anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, La Découverte, 1991.
  • Nous n'avons jamais été modernes. Essai d'anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, "L'armillaire", 1991.
  • Aramis ou l'Amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992.
  • Éclaircissements. Cinq entretiens avec Bruno Latour, entretiens avec Michel Serres, Paris, F. Bourin, 1992.
  • La clef de Berlin et autres leçons d'un amateur de sciences, Paris, La Découverte, 1993.
  • Pasteur, une science, un style, un siècle, Éditions Perrin, 1994.
  • De la préhistoire aux missiles balistiques. L'intelligence sociale des techniques, Paris, La Découverte, "Recherches".
  • Le métier de chercheur. Regard d'un anthropologue, une conférence-débat à l'INRA, Paris, le 22 septembre 1994, Paris, 1995.
  • Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches, Les Empêcheurs de penser en rond, 1996.
  • Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, Le Seuil, "Points-Sciences", 1996.
  • Les empêcheurs de penser en rond, Paris, La Découverte, 1998.
  • Pandora's Hope: An Essay on the Reality of Science Studies, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1999.
  • Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, "Armillaire", 1999; 2004.
  • Jubiler ou les Tourments de la parole religieuse, Paris, Éditions Synthélabo, "Les empêcheurs de penser en rond", 2002.
  • La Fabrique du droit. Une ethnographie du Conseil d'État, Paris, La Découverte, 2002.
  • Un monde pluriel mais commun, entretiens avec François Ewald, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube, Paris, Radio France, "Monde en cours. Intervention", 2003.
  • Reassembling the social. An introduction to Actor-Network Theory, Oxford, OUP, 2005.
  • Les Atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2006.
  • Sociologie de la traduction: textes fondateurs, Paris, Mines Paris, les Presses, "Sciences sociales", 2006.
  • Chroniques d'un amateur de sciences, Paris, Mines Paris, les Presses, 2006.
  • Le dialogue des cultures, actes des rencontres inaugurales du Musée du quai Branly, 21 juin 2006, Arles, Actes Sud ; Paris, Musée du quai Branly, "Babel", 2007.
  • L'Économie, science des intérêts passionnés. Introduction à l'anthropologie économique de Gabriel Tarde, Paris, La Découverte, 2008.
  • Cogitamus: Six lettres sur les humanités scientifiques, Paris, La Découverte, 2010.
  • The Prince and the Wolf: Latour and Harman at the LSE, John Hunt Publishing, 2011.
  • Enquête sur les modes d'existence: Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 2012.
  • Face à Gaïa: Huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015.
  • Où atterrir?: Comment s'orienter en politique, Paris, La Découverte, coll. "Cahiers libres", 2017.
  • Imaginer les gestes barrières contre le retour à la production d'avant-crise / Nous ne vivons pas sur la même planète - un conte de Noël, Paris, AOC, coll. "imprimés d'AOC", 2020.
  • Où suis-je?: Leçons du confinement à l'usage des terrestres, Paris, La Découverte, 2021.

Read also

Audrey Pulvar: son parcours du journalisme à la politique

Source: Legit.ng